INTERNATIONAL - Sarah Palin: une féministe américaine réagit

Publié le par Christine Burtin Lauthe

Eve Ensler, dramaturge américaine et féministe a publié le 12 septembre, sur la Liste de Femmes en noir, ce texte qui a été traduit par Elaine Audet et mis en ligne sur Sisyphe le 28 septembre. Après le texte que j’avais écris moi-même sur ce blog à propos du choix de Sarah Palin par Mc Cain, je trouve intéressant de partager avec vous la lecture de cet « Appel aux femmes américaines» à réagir face au cynisme et à la manipulation des hommes politiques et face à ceux qui « comptent sur la bonté et la solidarité des féministes » pour voter Sarah Palin / Mc Cain que lance Eve Ensler.

 

À propos de Sarah Palin - "Drill, Drill, Drill !" 

par Eve Ensler, dramaturge

Je fais des cauchemars sur Sarah Palin. J’ai rêvé la nuit dernière qu’elle était membre d’un club de motoneigistes qui portaient des griffes d’ours polaires noyés ou affamés autour de leur cou. J’ai tout spécialement un faible pour les ours polaires. C’est peut-être leur blancheur neigeuse ou leur taille ou le fait qu’ils vivent dans l’Arctique ou que je n’en ai jamais vu un en personne ou n’en ai jamais touché. C’est peut-être le fait qu’ils ont l’air si confortables de vivre sur la glace. Quelle que soit la raison, j’ai besoin des ours polaires.

Je n’aime pas râler contre des femmes. Je suis une féministe et j’ai passé ma vie à essayer de construire la solidarité, à donner plus de pouvoir aux femmes et à lutter contre la violence qui leur est faite. C’est dur d’écrire sur Sarah Palin. C’est pourquoi le choix de Sarah Palin est d’autant plus insidieux et cynique. Les gens qui ont fait ce choix comptent sur la bonté et la solidarité des féministes.

Mais tout ce que croit Sarah Palin est contraire au féminisme qui, pour moi, fait partie d’une seule histoire – reliée au sauvetage de la terre, à la fin du racisme, au renforcement des femmes, au droit de choisir leur vie pour les jeunes filles, à l’ouverture d’esprit, à l’approfondissement de la tolérance et à la lutte pour en finir avec la violence et la guerre.

Je crois que le ticket McCain/Palin est un des choix les plus dangereux de toute ma vie, et si le pays choisit ces candidats, les répercussions pourraient être si grandes, la destruction si vaste dans tellement de domaines que l’Amérique pourrait ne jamais s’en relever. Mais c’est l’impact qu’il pourrait avoir sur le reste du monde qui est si dérangeant avec ce duo. Malheureusement, ceci n’est pas une blague. Au cours de ma vie, j’ai vu le clownesque, l’inepte, le bizarre accéder régulièrement à la présidence.

Sarah Palin ne croit pas à l’évolution. Je prends cela pour une métaphore. D’après elle et dans le monde des fondamentalistes rien ne change ni ne s’améliore ou n’évolue. Elle ne croit pas au réchauffement global. Le dégel dans l’arctique, les ouragans qui détruisent nos villes, la pollution et la montée du cancer font tous partie du plan de Dieu. Elle lutte pour retirer les ours polaires de la liste des espèces en danger. La terre, dans la vision de Palin, est là pour être prise et pillée. Les loups et les ours sont là pour être abattus et pillés. Le pétrole est là pour être pris et pillé. L’Irak est là pour être pris et pillé. Comme elle le dit elle-même au sujet de la guerre d’Irak, "c’était la volonté de Dieu".

Sarah Palin ne croit pas à l’avortement. Elle ne croit pas que des femmes qui sont violées, qui subissent l’inceste, qui sont écartelées contre leur volonté ont le droit de déterminer si elles veulent ou non garder le bébé de leur violeur.

Il est clair qu’elle ne croit pas à l’éducation sexuelle ou au contrôle des naissances. J’imagine que sa fille pratiquait l’abstinence et on sait tous le nombre de bébés qui découle de l’abstinence.

Sarah Palin ne croit pas fort à la réflexion. D’après ce que j’ai recueilli, elle a essayé d’interdire des livres de la bibliothèque, elle a une tendance à se débarrasser des personnes qui pensent par elles-mêmes. Elle ne peut pas tolérer un environnement d’ambiguïtés et de différences. C’est une femme qui pourrait très bien devenir le prochain président des États-Unis. Elle gouvernerait une des populations les plus diversifiées sur terre.

Sarah croit dans les fusils. Elle possède son propre fusil de chasse autrichien personnalisé. On sait qu’elle a abattu 40 caribous en chaîne. Elle a tiré sur des centaines de loups d’un hélicoptère.

Sarah croit en Dieu. C’est bien sûr son droit, son droit privé. Mais quand Dieu et les fusils se rejoignent dans la sphère publique, quand on déclare la guerre au nom de Dieu, quand les droits des femmes sont rejetés en son nom, on perd la séparation de l’Église et de l’État et de tout ce que l’Amérique a toujours essayé d’être.

J’écris à mes sœurs. J’écris parce que je crois que nous tenons cette élection entre nos mains. Ce vote est un vote qui déterminera l’avenir non seulement des États-Unis, mais de toute la planète. Il déterminera si nous créons une politique pour sauver la terre ou la rendre définitivement inhabitable pour les humains. Il déterminera si nous allons vers le dialogue et la diplomatie dans le monde ou si nous augmenterons la violence par l’invasion, la guerre d’usure, l’attaque. Il déterminera si nous faisons le choix du pétrole, de l’extraction à ciel ouvert, de brûler du charbon ou si nous investirons notre argent dans des alternatives qui nous libérerons de la dépendance et de la destruction. Il déterminera si l’argent ira à l’éducation et aux soins de santé ou si nous construirons de plus en plus de méthodes pour tuer. Il déterminera si l’Amérique est une société ouverte, tolérante, libre, ou un lieu clos régi par la peur, le fondamentalisme et l’agression.

Si les ours polaires ne vous émeuvent pas pour aller de l’avant et pour faire tout ce qui est en votre pouvoir pour élire Obama, alors prenez en considération le slogan qui a secoué la salle après le discours de Palin à la Convention nationale républicaine : drill, drill, drill. Je pense aux dents quand je pense à des drills. Je pense au viol, je pense à la destruction, je pense à la domination. Je pense à des exercices militaires qui exigent des répétitions stupides, vidant l’esprit de l’analyse, du doute, de l’ambiguïté ou des différences d’opinion. Je pense à la douleur.

Voulons-nous un avenir de forage ? Davantage de trous dans l’ozone, au fond de la mer, plus de trous dans notre pensée, dans la confiance entre nations et entre peuples, plus de trous dans la structure de cette chose précieuse que nous appelons la vie ?

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article