NATIONALE - Les femmes seules avec enfants sont des privilégiées !

Publié le par Christine Burtin Lauthe


C’est ce qu’ont dû croire les députés puis les sénateurs quand ils ont voté l’amendement du fameux sénateur UMP Mariani qui supprime la demie part de déduction des impôts aux femmes qui ont élevé seules leurs enfants, ceux-ci n’étant plus à leur charge.


Ça s’est fait dans la nuit de lundi à mardi et les radios nous ont déversé l’information dans l’oreille mardi matin. Pas une réaction ni de la part des députées de tous bords ni de celle des sénatrices, encore moins de celles des députés et des sénateurs. Au contraire ! Tout ce beau monde s’entendait pour traquer cette « niche fiscale », inégalitaire, inconcevable et recadrer tout ça. J’ai même entendu notre sénateur, pas à une bêtise près, dire « cet avantage fiscal poussait même les femmes à divorcer ! » Et bien sûr ! Les femmes seules, divorcées ou veuves avec enfants, sont des « grosses profiteuses » c’est bien connu et il faut que l’Etat s’en occupe ! Il ne s'agit pas aujourd'hui d'opposer les "femmes en couple" et "les femmes seules" ayant élevé leurs enfants mais bien de reconnaître que toutes les femmes sont pénalisées dans leur salaire, dans leur carrière professionnelle lorsqu'elles ont des enfants et que c'est bien pire lorsqu'elles les élèvent seules. Cette disposition de la demie part supplémentaire venait compenser les arrêts de travail nécessaires pour élever les enfants sans conjoint, les faire garder durant les périodes d'emploi, les progressions de carrière moindres, bref, tout ce que l'on connaît déjà sur les effets négatifs des difficultés d'articulation des temps de vie, accentués pour la mère seule. Cette demie part compensatrice, sorte de reconnaissance pour « faits d’éducation » comme il y a les « faits d’arme » de la part de la société, n’était que solidarité et justice.


Cette disposition fiscale peut voir les conséquences se cumuler car un changement de tranche d'imposition lié à une demie part en moins peut entraîner moins d'aides de la CAF (par exemple allocations logements, etc.) et paupériser des femmes qui ont des revenus toujours moindres que les hommes et un revenu familial plus faible lorsqu'elles sont seules.


J’invite chaque femme seule, qui élève ses enfants à regarder de plus près sa feuille d’imposition de l’année dernière et à contacter très vite son député, son sénateur pour lui demander quelles vont être les conséquences réelles du vote de cet amendement sur ses ressources et son avenir.


J’invite chaque citoyen à en faire de même.



Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

morel 20/04/2009 04:18

je trouve cette mesure parfaitement injustifiable les femmes seules ont bien trop souvent galéré pour tout assumer seules plein de niches iniques subsistent c'est scandaleux de s'en prendre à des personnes sans défense